Le virus de l’endurance atteint les jeunes de Kartagene

Le virus de l’endurance atteint les jeunes de Kartagene

📁 EFK Salbris 🕔06.juin 2018
Le virus de l’endurance atteint les jeunes de Kartagene
Pour la deuxième course de la saison en Championnat de France d’Endurance, les trois jeunes pilotes Wintec Kartagene se sont vraiment pris au jeu. Après leur coup d’essai, réussi, lors des 6 Heures du Mans, Mathis Poulet, Pierre-François Duriani et Lukas Papin ont pris part en connaissance de cause aux 4 Heures de Laval le 23 juin. Ils n’ont pas caché leur enthousiasme et se reconnaissent eux-mêmes comme des accros de l’Endurance.

« L’Endurance est une belle discipline », confiait Marc Berteaux. « Au fond, je ne connaissais pas vraiment cette forme de compétition quand j’ai eu l’idée d’y engager l’équipage Kartagene. Je savais que ce serait bon pour Mathis, Pierre-François et Lukas, mais je ne pensais pas trouver une approche de la course aussi intéressante. L’ambiance y est très bonne, on a affaire à des passionnés du karting qui veulent se faire plaisir sur de longues distances et puis on sort du schéma classique où le pilote occupe le centre de la scène. Le travail d’équipe est très formateur pour des jeunes. Avec la structure Wintec ils peuvent partager l’expérience d’excellents pilotes, tout simplement les Champions de France en titre ! C’est quelque chose qui arrive rarement en sprint. Les jeunes sont ravis, ils progressent et pour mon compte, je vais creuser l’idée pour voir s’il n’y a pas là quelque chose à développer dans le cadre du Programme Pilote de Kartagene avec un tel rapport budget/roulage ».

 

Au volant de leur Tony Kart à motorisation Vortex OK-Junior, Lukas, Mathis et Pierre-François se sont régalés à Laval. Rapides lors des chronos, ils décrochaient la 8e place à seulement 5 centièmes de la pole GP2. Pas mal pour des petits jeunes en GP3 ! Peu expérimenté face à ses rivaux, l’équipage Wintec Kartagene a sans doute commis quelques erreurs durant la course, mais c’est une bonne façon pour apprendre. Toujours est-il qu’ils ont terminé 8e après 4 heures en semi-nocturne à Laval, pas si loin des deux meilleurs GP2. La machine est désormais bien lancée et on les retrouvera à la fin du mois sur le circuit d’Anneville pour les 6 Heures de Rouen avant le grand rendez-vous qui les motive tant, les 24 Heures Karting du Mans fin septembre. D’ici là, il sera possible d’apprécier les bénéfices qu’ils retirent déjà de l’Endurance lors des dernières épreuves du Championnat de France Junior.

Info Kartcom / © Photo DR

Share this article with friends